L'Histoire du Taekwondo

Les arts martiaux sont apparus il y a à peu près 4000 ans dans une zone allant du Japon à la Chine en passant par la Corée. On trouve communément des gravures rupestres anciennes dans toute cette zone montrant l’existence des arts martiaux et datant d’à peu près 2500 ans.

Les pays concernés par ce développement, soit la Chine, le Japon, et la Corée, se sont souvent envahi les uns les autres, de sorte qu’il ne faut pas s’étonner de parenté entre des arts, qui, à l’origine n’ont pas de spécificité nationale.

Le développement spécifique du TaeKwonDo comme art martial coréen remonte à la forme dite du Warangdo, soit l’équivalent coréen du chevalier, du samouraï, chevalier qui bien sûr travaille aussi bien son corps que son esprit, et appartenant à une caste de gens d’armes assurant la sécurité des nobles et leur prêtant serment de fidélité.

Toute cette structure sociale est bien sûr le fruit de la pensée confucéenne, qui influa toute l’Asie, et dont le premier enseignement concerne l’harmonie d’une société fondé sur la connaissance de sa place dans cette mécanique sociale, de sa fonction, et de l’effort fait par chacun de remplir au mieux sa fonction.

Lorsque l’individu met un point d’honneur à accomplir au mieux ses devoirs sociaux, les rapports hiérarchiques prennent une forme sacrée qui caractérise toutes les sociétés asiatiques traditionnelles.  Le premier livre de sagesse et de pratique de l’art martial des chevaliers coréens auquel on peut faire remonter le TaeKwonDo fut écrit par Chong He Hon, il y a 900 ans. Puis il y a à peu près 100 ans,  les japonais envahirent une nouvelle fois la Corée, et interdirent les arts martiaux. Seuls quelques maîtres continuaient à enseigner et à pratiquer. Ils développèrent 7 formes principales d’arts martiaux sur la base de cet enseignement. Ces techniques furent réunifiées en 1975, qui fut dénommée TaeKwonDo. Les habits et l’ordre général de la pratique du TaeKwonDo fut en grande partie dû à l’influence japonaise. Les Japonais, quant à eux, s’inspirèrent beaucoup du TaeKwonDo pour le karaté, mais contrairement au TaeKwonDo, dont les positions il y a seulement 15 ans, étaient très basses, le karaté figea ses techniques et privilégia la dimension traditionnelle, alors que le TaeKwonDo évolua sous l’influence de la compétition.

Après la guerre de Corée, beaucoup d’Américains rentrèrent de Corée avec un degré de ceinture noire, et commencèrent à enseigner cet art martial aux USA, ce qui engagea ensuite beaucoup de Coréens à partir enseigner à l’étranger.

Après la guerre de Corée, beaucoup d’Américains rentrèrent de Corée avec un degré de ceinture noire, et commencèrent à enseigner cet art martial aux USA, ce qui engagea ensuite beaucoup de Coréens à partir enseigner à l’étranger.

La fédération mondiale de TaeKwonDo fut fondée en 1973.

Le président de la fédération mondiale est le Dr Hu Nion Kim, jusqu’à aujourd’hui. Le centre mondial de la fédération mondiale de TaeKwonDo s’appelle le Ku Ki Won. il est situé à Séoul, en Corée du Sud, et s’étend sur 10 000 mètres carrés. La Corée du Nord pratique aussi le TaeKwonDo, et possède ses propres poumsés.

Le développement actuel du TaeKwonDo:

La fédération mondiale de TaeKwonDo a déterminé 5 zones géographiques :  l’Amérique, l’Asie, l’Europe, l’Afrique, la Méditerranée. Les compétitions ont donc lieu au niveau de chaque zone géographique et national chaque année, et tous les deux ans au niveau mondial. Depuis 1980, le TaeKwonDo est reconnu sport olympique. Il fut pratiqué pour la première fois aux jeux olympiques de 1988, établi sur la liste finale des jeux olympiques en 1989. Aux jeux d’Asie, son statut est plus instable, remplacé parfois par le Hu Shiu (sport acrobatique chinois très prisé en Asie).