Le travail sur cibles

Le travail sans cible a pour effet de fragiliser les articulations, car toute la force dynamique du mouvement ne rencontre aucun obstacle, ce qui aboutit à  » tirer  » sur les tendons et les articulations. Il est donc absolument nécessaire d’alterner les exercices sans touche, les exercices  » en l’air « , avec des exercices en touches réelles, afin de raffermir les tendons et les articulations.

Dans cette perspective, il est évident qu’un travail de force ne peut s’effectuer en toute sécurité entre deux partenaires.

Pour résoudre ce problème, l’enseignement des arts martiaux a mis au point le travail contre des cibles qui se présentent comme des sortes de raquettes recouvertes de mousse, et qui sont tenues par le partenaire de chaque apprenant. Un travail musculaire  » passif « , en tension, est alors effectué par l’enfant qui doit tenir une cible à bout de bras pendant quelques minutes, pendant qu’un autre enfant s’entraîne contre ladite cible. Un travail musculaire dynamique est effectué par l’enfant qui s’entraîne, et qui peut à la fois décharger toute son énergie et ne risquer aucune blessure lors de cet entraînement.

Enfin, le travail avec cibles peut permettre des exercices de précision (frappe contre petites cibles), de rapidité et de réflexe (cible mouvante, reculant ou avançant), reproduisant des situations de poursuites lors d’un combat, ou au contraire de retraite accompagnée de contre-attaque.